Covid-19 et secteur de l’autonomie : pour une prime aujourd’hui et une grande réforme demain

22.04.2020

Alors que le Premier ministre a annoncé le 15 avril l’extension de la prime destinée aux agents des établissements publics hospitaliers aux professionnels des EHPAD et des SAAD, avec les fédérations et associations membres du GR31*, nous nous interrogeons sur le périmètre et les modalités de versement de cette prime, qui ne doit pas masquer les problématiques structurelles du secteur de l’autonomie.

Nous nous félicitons de cette annonce qui est un premier pas vers la reconnaissance du travail des professionnels du champ de l’autonomie. Ces derniers se mobilisent en effet depuis le début de la crise pour garantir la continuité de service auprès de l’ensemble des personnes, qu’elles soient isolées, contaminées ou, plus largement en situation de fragilité, à domicile comme en établissement.

Une mobilisation des professionnels à reconnaitre et valoriser

Comme les hospitaliers, chaque jour, les professionnels des établissements et services à domicile, en dépit des difficultés d’approvisionnement en matériel de protection, sont en première ligne et s’exposent au risque de contamination. Cette mobilisation mérite d’être reconnue et valorisée.

Nous soulignons leur exceptionnelle mobilisation qui a permis et permet encore de sauver de nombreuses vies tout en maintenant un accompagnement de qualité, malgré des difficultés qui restent parfois très importantes localement. Cette mobilisation mérite aussi d’être reconnue et valorisée.

Pour une extension de la prime aux professionnels des établissements et services médico-sociaux

Nous demandons – au nom de l’équité de traitement entre l’ensemble des professionnels mobilisés dans la gestion de la crise sanitaire – l’extension de ce dispositif à l’ensemble des professionnels employés par les établissements et services médico-sociaux : établissements et services du secteur du handicap, EHPAD, résidences autonomie, services à domicile.

Nous posons également plusieurs conditions à respecter lors de la mise en œuvre :

  • Un montant au moins identique à la prime versée aux agents hospitaliers ;
  • Une prime à destination des professionnels des établissements, tous métiers, et tous secteurs confondus : public, privé associatif, mutualiste et commercial, sans oublier les professionnels de la fonction publique territoriale ;
  • Un plan de financement dédié afin que le versement de la prime ne pèse pas sur l’équilibre budgétaire fragile des structures ;
  • Des modalités de calcul uniformes et déterminées en amont par l’État ;
  • Un financement sous forme d’une dotation de l’ARS versée au mois de mai ou juin pour tous les établissements et services, y compris pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile.

Il est en effet important que cette prime puisse être versée à tous les professionnels, le plus rapidement possible et en tout état de cause avant les vacances d’été.

Rappelons par ailleurs que depuis des mois déjà, nos fédérations et associations relaient les manifestations des professionnels du médico-social en revendiquant plus de moyens et une reconnaissance de leur rôle. Ces métiers nécessitent une valorisation à la hauteur d’un système de protection sociale digne d’une société fondée sur des valeurs de solidarité. Ces interpellations ont ainsi une résonnance particulière dans le contexte actuel, quand ce sont ces mêmes professionnels qui assurent, aujourd’hui, la résistance nécessaire pour protéger le plus grand nombre d’entre nous.

Pour une réforme de fond des politiques de l’autonomie

Alors qu’avec le GR31 nous alertons depuis plusieurs années sur la dégradation des conditions de travail des professionnels, notamment du fait de dotations budgétaires insuffisantes qui menacent la survie des structures - avec notamment pour conséquence de lourds restes à charge pour les personnes -, nous souhaitons insister sur le fait que le sujet de la prime ne doit pas masquer, celui majeur, de la revalorisation des métiers et de l’amélioration des conditions de travail des professionnels à long terme. Il doit s’agir d’un prélude à une réforme de fond.

Nous nous unissons donc à nouveau pour affirmer, plus que jamais, le besoin de ressources conséquentes et pérennes dédiées à l’accompagnement des personnes âgées et en situation de handicap et nous nous tenons prêts pour co-construire au sein du conseil de la CNSA, une réforme profonde et structurante des politiques de l’autonomie.


*Fédérations et associations des secteurs personnes âgées et personnes handicapées membres du GR31 : Adedom, ADMR, AD-PA, APAJH, APF France handicap, Autisme France, CFPSAA, FEHAP, FENARAC, FFDys, FHF, FNADEPA, FNAQPA, FNAAFP/CSF, FNAR, FNATH, France Alzheimer, Mutualité Française, Nexem, UNA, UNAFAM, Unapei, Uniopss, SNGC, Synerpa.

 

Je télécharge le communiqué de presse

Actus
Santé et bien-être
Social et médico-social