Colloque handicap et vieillissement : points de vue

03.03.2020

3 questions à Raúl Morales la Mura, Responsable interrégional des actions associatives chez APF France handicap, et Marion Scheider-Yilmaz, doctorante à l’Université de Lorraine.

Le mois dernier, à Metz, APF France handicap coorganisait et intervenait au colloque Société inclusive et avancée en âge porté par le Réiactis (Réseau d'études international sur l'âge, la citoyenneté et l'intégration socio-économique). Un projet né d'un travail de terrain mené par la direction interrégionale Bourgogne-Franche-Comté/Grand-Est, comme l’expliquent dans une interview Raúl Morales la Mura, Responsable interrégional des actions associatives, et Marion Scheider-Yilmaz, doctorante à l’Université de Lorraine.
 

Quelle fut la genèse de l’implication d’APF France handicap dans l’organisation d’un colloque international de chercheurs du domaine du vieillissement ?

Raúl Morales la Mura – En tant que Responsable interrégional des actions associatives au sein d'APF France handicap et sociologue associé à l’université de Lorraine, je discute depuis longtemps avec Jean-Philippe Viriot-Durandal, président du Réiactis. Son champ : le vieillissement. Le mien : le handicap. Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de sujets se recoupaient, et qu’il fallait rapprocher nos thématiques.

Marion Scheider-Yilmaz – À ce moment-là je travaillais pour le Réiactis et m’apprêtais à me lancer dans une thèse sur la citoyenneté des personnes âgées. Quelques mois plus tard était annoncée la création de nouvelles instances, les CDCA, mêlant au niveau départemental représentants de personnes âgées et représentants de personnes handicapées. Cela nous est apparu comme un terrain de thèse idéal, et suivre cette mise en place serait très intéressant pour mieux analyser comment APF France handicap pouvait s’y positionner. Ma thèse s’intéresserait donc à la fois au handicap et au vieillissement.
 

En quoi le vieillissement et le handicap sont-ils deux sujets à rapprocher ? S’agit-il de se concentrer sur le vieillissement des personnes en situation de handicap ?

Marion Scheider-Yilmaz – Certaines personnes en situation de handicap rechignent à se rapprocher du monde du vieillissement, ne veulent pas être confondues avec les personnes âgées, et inversement. Mais lors du colloque, nous avons constaté que la plupart des intervenants voient d’un bon œil ce rapprochement. Apprendre des autres champs, ce n’est pas nier les différences.

Raúl Morales la Mura – Le sujet n’est pas du tout le vieillissement des personnes en situation de handicap. Ce ne serait pas pertinent. Il faut cesser de penser en fonction de catégories, mais réfléchir selon les situations. La dépendance est une situation. Quand on parle d’inclusion pour les personnes âgées et les personnes handicapées, on parle de la même chose. Lors de la présentation de l’étude sur la solitude des personnes âgées en Espagne, on a par exemple appris que la solitude serait un mécanisme lié beaucoup plus à l’utilité sociale, au rôle social que l’on pense accomplir, qu’à la présence de quelqu’un. Or un des leitmotivs de notre association est la rupture de l’isolement social. Avoir une place dans un groupe ne suffit pas, il faut un vrai rôle dans ce groupe.
 

Quelles vont être les suites du colloque ?

Raúl Morales la Mura – Marion, Christian Meistermann (représentant régional Grand-Est d’APF France handicap) et moi allons notamment continuer à travailler avec le comité de pilotage du colloque pendant deux ans. 11 groupes thématiques ont été constitués. Nous nous sommes inscrits pour les groupes habitat, participation sociale, et vieillissement et territoire.


EN SAVOIR PLUS SUR LE COLLOQUE REIACTIS

Représentation / organisation

actualités complémentaires